Entretien avec Alice, étudiante en Master in Management à l’ESCP Business School

L’ESCP Business School propose un Master in Management en deux ans. Classé 7ème meilleur Master in Management au monde par le Financial Times, il permet aux étudiant.e.s de choisir parmi 60 spécialisations professionnelles et de vivre une expérience internationale sur les différents campus de l’ESCP. Alice, étudiante en première année du Master in Management (Programme…

escp

L’ESCP Business School propose un Master in Management en deux ans. Classé 7ème meilleur Master in Management au monde par le Financial Times, il permet aux étudiant.e.s de choisir parmi 60 spécialisations professionnelles et de vivre une expérience internationale sur les différents campus de l’ESCP. Alice, étudiante en première année du Master in Management (Programme Grande Ecole), nous explique son parcours et son expérience étudiante à l’ESCP.

Profil

PRÉNOM : Alice

NATIONALITÉ : Française

NOM DU CURSUS SUIVI : Master in Management (Programme Grande Ecole)

NOM DE L’UNIVERSITÉ : ESCP Business School

UNIVERSITE D’ORIGINE : King’s College London

Etudier à LSE Londres

Partir étudier à l’étranger 

Quel a été ton parcours scolaire avant ton entrée en Master à l’ESCP ? 

J’étais au lycée Saint Jean Hulst à Versailles en filière Économique et Sociale (ES) en Terminale. J’ai obtenu mon baccalauréat mention Très Bien et j’ai intégré le Bachelor of science (Bsc) in Economics and Management à l’université King’s College à Londres. Après ce Bachelor, j’ai ensuite intégré le Master de Management de l’ESCP sur le campus de Paris et suis actuellement en première année sur le campus de Madrid pour mon deuxième semestre.

Pourquoi avoir décidé d’étudier à l’étranger ? 

Je souhaitais faire une école de commerce après mon baccalauréat. J’avais le choix entre intégrer une classe préparatoire ECE en France ou aller à l’étranger. On m’avait parlé des nombreuses opportunités d’étudier à l’étranger. J’ai donc choisi cette deuxième option car je souhaitais vivre une expérience internationale. L’avantage d’étudier à l’étranger était également de pouvoir étudier les matières enseignées en école de commerce, comme le management, sans avoir à passer deux ans en classe préparatoire. Je ne regrette pas du tout mon choix. 

Pourquoi avoir choisi l’ESCP ? Quels ont été les facteurs déterminants dans ton choix ? 

À la fin de mon Bachelor à King’s College, j’ai souhaité poursuivre mes études dans le management.  J’ai choisi une école de commerce car j’aimerais travailler en France à l’avenir. Or, un parcours avec un Bachelor et un Master reconnus est essentiel sur le marché du travail français. Je me suis donc intéressée au Master de Management (Programme Grande Ecole) de l’ESCP qui est particulièrement réputé. 

Étais-tu intéressée par d’autres Masters après ton Bachelor ? 

J’avais regardé beaucoup de Masters, à l’étranger et en France. J’étais notamment très intéressée par l’ESADE à Barcelone car il y avait des cours tournés vers l’innovation et la possibilité de se spécialiser en Master. J’ai finalement choisi l’ESCP car la grande école propose un programme sur-mesure qui combine le choix d’une spécialisation et l’offre d’une année de césure entre la première année et la deuxième année de Master. Cet aspect m’avait manqué dans mon cursus à King’s College où je n’avais pas eu l’opportunité de faire une année de césure et donc de vivre une longue expérience professionnelle.

Comment s’est déroulé le processus d’admission et de sélection ?

Pour l’ESCP, il y a quatre sessions par an pour envoyer sa candidature. La première est entre novembre et décembre, la deuxième est en janvier, la troisième est en mars et la dernière est en avril. J’ai envoyé mon dossier entre novembre et décembre. Étant donné que je faisais mon Bachelor en Angleterre, j’étais considérée comme une étudiante internationale. J’ai donc dû fournir l’ensemble des documents d’admission en anglais à savoir un CV, une lettre de motivation, mes relevés de notes, des lettres de recommandation (d’un.e professeur.e et d’un.e professionnel.le) et des réponses (200 à 250 mots) à trois questions. Les questions portaient sur une expérience professionnelle, une expérience internationale et mes activités extrascolaires. Une fois ce dossier envoyé, j’ai été déclarée admissible. J’ai dû passer un test de management qui peut être le SHL (test d’admission de l’ESCP), le GMAT, le GRE ou le Tage Mage. J’ai choisi de passer le SHL qui est un test interne à l’ESCP de mathématiques et de logique. J’ai aussi eu une interview d’une heure avec deux professeurs de l’ESCP portant sur ma motivation, mon projet professionnel, l’actualité ainsi que de mises en situation. Le processus d’admission est relativement rapide : j’ai envoyé mon dossier d’admission en novembre et ai été admise en décembre. 

Comment as-tu préparé ta rentrée ?

Une fois admise, j’ai dû faire mon choix de campus pour le premier semestre de la première année de Master. Nous avions le choix entre Paris, Londres, Madrid, Berlin et Turin. Les cours sont les mêmes pour tous les étudiants au premier semestre. Pendant l’été, j’ai dû faire mon inscription administrative en ligne. 

 

 

 Etudier à LSE

Les cours en 1ère année

Quelles sont les spécificités du Master en Management de l’ESCP ? 

L’ESCP fonctionne en semestre. Chaque semestre nous avons l’opportunité de changer de campus et de cours. L’ESCP propose une très grande variété de cours. Les cours du premier semestre de première année de Master sont obligatoires et sont des cours classiques de management, assez similaires à ceux que j’avais eu à King’s College. Cela est toutefois essentiel afin que tous les étudiants aient les mêmes bases théoriques pour poursuivre le Master. Ensuite, au deuxième semestre en janvier, j’ai dû choisir une spécialisation. J’ai choisi la spécialisation « International Business Consulting »  sur le campus de Madrid. Chacun.e peut choisir son campus et les spécialisations qu’il souhaite. Le choix d’une spécialisation relativement tôt dans le cursus est une spécificité de l’ESCP par rapport à l’ESSEC ou HEC Paris par exemple.  Une autre spécificité est l’année de césure ainsi que la possibilité de réaliser un échange universitaire en Master 2. 

 

Est-ce que les spécialisations en Master sont différentes en fonction des campus ? 

Les spécialisations les plus demandées, comme « Conseil », « Investment Banking » vont être présentes sur tous les campus. Les thèmes de spécialisations comme le « Marketing », ou l’« Entrepreneurship » sont présents sur l’ensemble des campus mais les cours, les approches et les professeurs vont être différents. Par exemple, à Madrid la spécialisation s’intitule « Digital Marketing » tandis qu’à Londres elle s’appelle « Creative Marketing ». Il peut aussi y avoir des spécialisations plus précises. Sur le campus de Turin, il y a notamment la spécialisation « Food and Beverage Management ». Il y a aussi des tendances de campus. Le campus de Londres va être particulièrement orienté vers la finance, Londres étant un hub financier mondial majeur, tandis que Berlin sera plus tourné vers l’entrepreneuriat. Les étudiant·e·s peuvent choisir une spécialisation par semestre. 

 

Quels sont les cours qui te plaisent le plus en Master ?

Les cours du premier semestre étaient assez classiques. On étudie la comptabilité, la stratégie, et le management. Étant donné que j’avais déjà étudié ces notions, ce ne sont pas les cours que j’ai le plus aimés. Je préfère les cours que j’ai en spécialisation « Conseil ». Il s’agit d’un enseignement concret et nous avons des cours théoriques tels que « Fondamentaux du Conseil » mais aussi des cours pratiques les « live case studies ». Ce sont des mises en pratique de conseils que nous réalisons avec un client. Ils sont basés sur des thèmes actuels. Par exemple, en ce moment, nous en avons un sur la transformation digitale et un en lien avec le développement durable. Nous avons aussi des cours d’audit, de tests de mathématiques et de logique pour nous aider à réussir nos entretiens de conseil. On nous prépare vraiment à rentrer dans le monde du travail et à acquérir les méthodologies qui nous permettront d’être performant·e·s. 

 

As-tu éprouvé des difficultés à t’adapter au système académique de l’ESCP ? As-tu ressenti un écart de niveau académique entre les étudiant·e·s arrivant en Master ? 

Il y a une grande disparité entre les admis sur titre (AST) et celles et ceux qui ont fait une classe préparatoire en France qui se connaissent déjà depuis un an. Les étudiant·e·s venant de la classe préparatoire sont déjà très intégrés dans la vie étudiante et ils connaissent bien les associations. En venant de l’étranger, nous ne sommes pas forcément au courant de ce système d’intégration. En tant qu’étudiante française venant d’un système d’éducation internationale, il n’a pas été difficile pour moi de m’intégrer. Cela peut toutefois être plus complexe pour des étudiants étrangers même s’ils arrivent généralement bien à s’intégrer. Tous les cours sont dispensés en anglais dans les spécialisations. En ce qui concerne le système éducatif, j’ai plus de cours qu’en Angleterre mais moins de travail personnel. 

 

Es-tu obligée d’avoir des cours de langues en Master ? 

L’ESCP est une école européenne, du fait notamment de ses nombreux campus. Les langues sont donc importantes. En fin de Master, les étudiant.e.s doivent avoir un niveau C1 dans deux langues (anglais, espagnol, allemand). Tous celles et ceux qui viennent d’un système éducatif anglo-saxon sont dispensés de cours d’anglais. En revanche, nous devons avoir une deuxième langue. J’ai donc trois heures de cours d’espagnol obligatoires par semaine. On peut aussi faire le choix d’étudier une langue supplémentaire comme l’arabe, le russe ou le chinois. 

 

Est-ce que tu as une grande quantité de travail ? 

J’ai moins de travail personnel qu’en Bachelor d’Économie et de Management où j’avais des travaux à rendre chaque semaine. Il y a cependant beaucoup de travaux de groupe dans presque toutes les matières. Ce sont soit des travaux d’une semaine à l’autre soit des projets qui durent tout le semestre. 

 

Combien d’heures de cours as-tu par semaine ? 

J’ai environ vingt heures de cours par semaine. Je dirais que nous avons huit matières par semestre et environ deux heures de cours par matière. 

 

Comment se déroulent les examens ?

Nous avons des examens à la fin de chaque semestre, en décembre et en avril. Il y a entre six et huit examens en fin de semestre.  Il y a des cours dont la note finale n’est basée que sur l’examen. C’est le cas pour la Finance ou la Comptabilité. Il y en a d’autres comme le Marketing dont la note finale prend en compte un examen et un projet collectif. Les cours de « case study » n’ont pas d’examens finaux et la note de fin de semestre tient uniquement compte du projet. 

Etudier à Londres

 

La vie étudiante à l’ESCP

Comment se déroule la vie étudiante sur les différents campus de l’ESCP ? 

Paris est le campus historique de l’école. C’est le cœur de la vie étudiante car c’est sur ce campus que toutes les associations de l’ESCP sont implantées. Un de mes conseils pour les étudiant.e.s admis sur titre est de commencer leur Master 1 sur le campus de Paris. Cela permet une bonne intégration à la vie étudiante. Il y a des associations de tout type : professionnelles, sportives, créatives… Toutes les associations ont des locaux. Il y aussi un bar étudiant sur le campus, au sous-sol. Cela permet d’avoir un lieu dans lequel les étudiant.e.s peuvent se retrouver après les cours au sein même de l’école. Il y a aussi des clubs de sport qui offrent une vraie cohésion de groupe et d’équipe et qui vont même parfois aux championnats de France et d’Europe dans leurs catégories. J’ai par exemple fait partie du club d’équitation. Nous nous retrouvions une fois par semaine et l’ambiance était très sympa. J’ai aussi pu m’investir dans la vie étudiante sur le campus de Paris notamment au sein du club de voile, le Yachting Club qui a organisé une croisière pendant les vacances de la Toussaint. J’ai eu la chance d’y participer en tant qu’admise sur titre. Nous avions un bateau de treize personnes. Il n’y a pas d’associations implantées sur le campus de Madrid et donc moins d’événements organisés. Ce sont donc davantage les étudiant·e·s qui prennent des initiatives.

 

Qu’as-tu pensé des campus de Paris et de Madrid ? 

J’ai adoré les deux campus. L’ambiance y est conviviale. Le campus de Paris est au cœur de Paris, dans un quartier très vivant et l’emplacement est idéal. Le campus de Madrid est situé à une trentaine de minutes du centre. Il est néanmoins très facile d’accès. C’est un plus petit campus donc il est plus facile d’y faire des rencontres. Il possède une verrière et un petit jardin. 

 

Comment as-tu réussi à trouver un logement ? Est-ce que l’ESCP aide les étudiant.e.s à faire ces démarches ?

J’étais en colocation à Paris. Je n’ai pas eu de difficultés à trouver car c’était un logement familial. Cependant, cela est généralement assez compliqué pour les étudiant·e·s. Cela est aussi relativement difficile à Madrid : je suis aussi en colocation mais nous n’avons trouvé notre appartement que quelques jours avant notre arrivée. La courte durée de chaque semestre pose souvent problème pour la location et l’ESCP n’offre malheureusement pas beaucoup d’accompagnement sur cet aspect. 

 

Quelles sont les choses que tu aimes le plus à l’ESCP et celles que tu souhaiterais voir être améliorées ?

Je dirais que l’administration de l’ESCP n’est pas toujours très bien organisée. Il y a des progrès qui sont faits, comme l’amélioration de l’intranet. Pour les points positifs de l’ESCP, la variété des campus est une richesse indéniable. Il y a également le fait que le programme soit vraiment sur-mesure, c’est-à-dire la possibilité pour chaque étudiant·e de pouvoir choisir ses spécialités, sa césure et son échange. 

 

Vers l’avenir 

Quels sont tes projets pour la suite ? 

J’aimerais faire une année de césure entre ma première et ma deuxième année de Master après mes examens de fin de semestre. Je souhaiterais réaliser deux stages de six mois en conseil. Ensuite, en Master 2 j’aimerais faire un échange universitaire au premier semestre. La sélection se fait en fonction des notes. Pour finir mon Master 2 j’aimerais choisir une deuxième spécialisation et ensuite poursuivre ma carrière professionnelle dans le domaine du conseil en stratégie. 

 

Quels conseils et recommandations donnerais-tu à un·e élève français·e qui souhaiterait intégrer l’ESCP ?

Mon conseil serait de capitaliser, dans la lettre de motivation ou pendant l’entretien d’admission, sur les spécificités de l’ESCP. Il ne faut pas hésiter à se projeter, à démontrer qu’une des spécialisations est cohérente avec votre projet professionnel ou les raisons pour lesquels un campus vous attire particulièrement. Une fois admis·e, mon conseil serait de commencer par le campus de Paris qui offre une vie étudiante dynamique et une bonne intégration. Il ne faut pas hésiter à aller vers les autres étudiant·e·s et à rejoindre des associations ! 

Si comme Alice, vous souhaitez intégrer l’ESCP ou une autre grande école de commerce en France ou à l’étranger, n’hésitez pas à nous contacter afin d’échanger sur votre projet ! 

Interview d‘Arnault: diplômé d’un Bachelor d’Histoire moderne à l’Université d’Oxford

Admission en Bachelor Écoles Étudier au Royaume-Uni

Orientation post-bac: comment bien choisir son cursus universitaire à l’étranger ?

Admission en Bachelor Écoles

Orientation post-bac : et si vous partiez étudier à l’étranger ?

Admission en Bachelor Écoles