Entretien avec Théo, étudiant en première année de Bachelor in International Studies à l’Université de Bishop au Québec

L’Université de Bishop, fondée en 1843, est l’une des universités les plus anciennes du Canada. Université anglophone, elle accueille près de 2,400 étudiant⸱e⸱s sur son campus, aux abords de la ville de Sherbrooke au Québec. Élue meilleure université canadienne pour la satisfaction étudiante en 2018 (Maclean’s University Ranking), Bishop’s est réputée pour sa vie étudiante…

L’Université de Bishop, fondée en 1843, est l’une des universités les plus anciennes du Canada. Université anglophone, elle accueille près de 2,400 étudiantes sur son campus, aux abords de la ville de Sherbrooke au Québec. Élue meilleure université canadienne pour la satisfaction étudiante en 2018 (Maclean’s University Ranking), Bishop’s est réputée pour sa vie étudiante agréable et une équipe enseignante à l’écoute des étudiantes. Théo, étudiant français en première année de Bachelor in International Studies, nous raconte son expérience. 

 

Profil

PRÉNOM : Théo

NATIONALITÉ : Française

NOM DU CURSUS SUIVI : Bachelor in International Studies, Faculty of Arts and Science

NOM DE L’UNIVERSITÉ : Bishop’s University, Sherbrooke

LYCEE D’ORIGINE :  Lycée Saint Vincent, Rennes 

TYPE DE BACCALAUREAT OBTENU : Baccalauréat général section européenne avec spécialités Histoire-Géographie-Géopolitique-Science Politique (HGGSP) et  Langues, littératures et cultures étrangères et régionales (LLCER)

Partir étudier à l’étranger 

Pourquoi avoir décidé d’étudier à l’étranger après le baccalauréat ? 

J’ai toujours souhaité avoir une expérience à l’étanger. J’ai eu l’opportunité d’étudier trois mois en Nouvelle-Écosse au Canada en Seconde au Lycée. J’ai beaucoup aimé ce pays et le système scolaire que j’y ai découvert. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de revenir y étudier après mon baccalauréat. Je n’étais jamais allé au Québec auparavant. De plus, Bishop’s University est une université bilingue et étudier dans un environnement anglophone était un critère essentiel pour moi. 

 

Pourquoi avoir choisi l’Université de Bishop ? 

J’ai présenté des dossiersdans plusieurs universités canadiennes : l’Université de McGill, l’Université de Concordia et l’Université de Bishop. J’ai été sur la liste d’attente à McGill mais accepté auxuniversités de Concordia et de Bishop. Bishop’s University est peu connue car il n’y a que 2 500 étudiantes. Le campus est plutôt petit mais cela présente de nombreux avantages. Par exemple, les professeurs connaissent nos prénoms car nous sommes en petits effectifs en classe et il y a une véritable aide personnalisée apportée aux étudiantes. De plus, on peut facilement faire des rencontres sur le campus et lavie étudiante est très agréable. L’Université de Bishop est également réputée pour ses formations en Relations Internationales, discipline vers laquelle je souhaitais m’orienter. 

 

Comment s’est déroulé ton processus d’admission et de sélection ? 

J’ai commencé la procédure de candidature en septembre. J’ai dû envoyer mon dossier scolaire et mes bulletins de notes et j’ai aussi dû passer un test d’anglais. Plusieurs tests sont acceptés par l’université pour être admise comme le TOEFL, l’IELTS et le Duolingo English Test. 

 

Quelles démarches administratives as-tu entreprises pour préparer ta rentrée universitaire ?

Après mon admission, j’ai effectué les démarches nécessaires pour obtenir un permis d’études au Québec. Il m’a également fallu faire des empreintes biométriques à Paris ou à Lyon. La procédure est assez longue mais si on s’y prend à temps il n’y a normalement pas de problème !

 

Les cours en 1ère année

Dans quel Bachelor es-tu et pourquoi as-tu fait ce choix ? 

Je suis en première année de Bachelor en International Studies avec une mineure en allemand. Nous devons choisir cinq cours par semestre en première année. Chaque cours compte pour trois crédits. Nous devons donc obtenir 30 crédits à la fin de la première année universitaire. Au premier semestre, j’ai choisi les cours suivants : un cours sur le gouvernement américain (« American government »), un cours de religion, un cours d’allemand, un cours intitulé « Globalism » ainsi qu’un cours obligatoire de Relations Internationales.  Bishop’s offre un large choix de cours et nous pouvons même choisir des enseignements en dehors de notre programme. Chacune peut trouver ce qu’ilelle aime étudier à Bishop’s University. Au deuxième semestre, j’ai ainsi choisi de prendre un cours d’allemand, un cours d’espagnol, un cours de « Comparative politics », un cours « International organizations » et un cours sur la politique du sport. 

 

Est-ce que tu as éprouvé des difficultés à t’adapter au système éducatif en première année de Bachelor ? 

Je n’ai pas eu de difficulté à m’adapter à la vie universitaire car les étudiantes et les professeures sont très accueillants. Il y a quelques étudiantes français sur le campus, pour la plupart en échange universitaire, donc il est possible de trouver ses repères facilement en début d’année. Néanmoins, la majorité de mes amies sont canadiens. Ils sont ouverts d’esprit et cela m’a permis de très bien m’adapter dès mon arrivée. En ce qui concerne les cours, il y a effectivement une période d’adaptation au système éducatif anglo-saxon qui a pris environ deux semaines pour moi. 

 

Est-ce que tu as beaucoup de travail ? 

La quantité de travail se concentre surtout autour des semaines d’examens. Il y a des examens de mi-semestre, un mois et demi environ après le début du semestre. Puis nous avons des examens de “terms” une semaine avant les examens finaux (“finals”) en fin de semestre. Nous sommes  aussi évalués en contrôle continu mais ce sont surtout ces trois périodes d’examen qui demandent le plus de travail. 

 

Combien d’heures de cours as-tu par semaine ? 

J’ai 16 heures de cours par semaine auquel il faut ajouter le travail en autonomie qui double la charge. 

 

La vie étudiante à l’Université de Bishop

Comment se déroule la vie étudiante sur le campus de Bishop’s University ? 

Tout d’abord, lorsque les étudiant⸱es de première année arrivent  à l’Université de Bishop, ils participent à une semaine d’orientation et d’intégration. Cela permet de faire des rencontres, de s’acclimater à l’environnement universitaire et de participer à de nombreuses activités sur le campus. Il y a beaucoup d’infrastructures sportives sur le campus et le sport est une dimension essentielle de la vie étudiante canadienne. Il y a par exemple, une équipe de basketball, une de hockey, une de football américain ainsi qu’une de rugby. Je suis dans l’équipe de soccer (foot) de l’université. Cela m’a permis de me faire des amis et a facilité mon intégration. Il y a aussi beaucoup d’associations qui permettent vraiment à chacune de trouver une activité qui lui plaît et répond à ses centres d’intérêt. De plus, il y a des évènements étudiants tout au long de l’année qui contribuent au dynamisme de la vie étudiante tels que a fête de la Saint-Patrick.

 

Est-ce que les étudiantes de première année logent sur le campus ? 

Tous les étudiant⸱e⸱s logent dans des résidences sur le campus en première année. Il y en a six au total et l’ambiance y est conviviale et vivante. En deuxième année, les étudiantes choisissent généralement de prendre un logement dans la ville de Sherbrooke, dans laquelle l’université se situe. L’université se trouve dans le quartier anglophone de Lennoxville, ce qui en fait un quartier-ville universitaire dans lequel tout le monde se connaît, ce qui est très agréable. 

 

Qu’est-ce que tu préfères à Bishop’s University et quelles sont les choses que tu aimerais voir être améliorées ? 

J’apprécie le fait d’appartenir à une petite communauté. Dès que je sors de chez moi, je rencontre toujours quelqu’un. Je trouve cela  génial car cela permet de se faire de très bon⸱ne⸱s amies. Le football, un sport que j’apprécie énormément, me permet de me retrouver chaque semaine avec d’autres étudiants internationaux et de passer de bons moments. De plus, lecampus est situé en pleine nature, à côté de Sherbrooke et à une heure en voiture de Montréal. Le campus n’est donc pas isolé. Je dirais que le seul point négatif est le fait de ne pas être situé dans le centre-ville et par conséquent, de ne pas avoir directement accès aux services qui s’y trouvent. 

 

Vers l’avenir

Quels sont tes projets pour la suite ? 

J’aimerais faire un Master en journalisme après mon 1er cycle, en France, au Canada ou aux États-Unis. J’aimerais aussi participer à un échange universitaire à l’étranger pendant mon Bachelor.

 

Est-ce que tu aurais des recommandations, des conseils pour les élèves qui souhaitent intégrer l’université de Bishop ? 

Je pense qu’il ne faut pas avoir d’a priori sur le fait que ce soit une petite université à Sherbrooke. C’est vraiment une très belle opportunité de venir ici. Moi qui habitais en ville en France, je ne regrette pas une seule seconde d’être venu à Bishop’s University. Le fait que ce soit une université anglophone dans lequel je peux rencontrer des étudiante⸱s internationaux est une chance ! Venir ici permet de grandir et d’acquérir une autre perspective sur les études supérieures


Si comme Théo, vous souhaitez intégrer l’Université de Bishop  ou une université au Canada, n’hésitez pas à nous contacter afin d’échanger sur votre projet !

Interview d‘Arnault: diplômé d’un Bachelor d’Histoire moderne à l’Université d’Oxford

Admission en Bachelor Écoles Étudier au Royaume-Uni

Orientation post-bac: comment bien choisir son cursus universitaire à l’étranger ?

Admission en Bachelor Écoles

Orientation post-bac : et si vous partiez étudier à l’étranger ?

Admission en Bachelor Écoles